Services B2B
J-E TIBERGHIEN

Jacques-Edouard Tiberghien

CHEMINEMENT JUSQU'À BITCOIN

Attiré par les sciences du vivant et à la recherche d’un enseignement généraliste, j’ai suivi une formation d’ingénieur en agronomie et sciences de la terre, puis un master un gestion de l’eau et environnement. Mon PhD fut l’occasion rêvée d’explorer de façon holistique les questions vitales de gestion de l’eau et d’assainissement. À cette époque est née en moi un intérêt prononcé pour les analyses systémiques interdisciplinaires. Je n’ai eu cesse de le cultiver. Il s’avérera plus tard un bel atout pour appréhender Bitcoin.

Cette sensibilité, j’ai veillé à l’exprimer dans mes différents métiers : entrepreneur, enseignant-chercheur, éducateur, mais surtout consultant, expert technique pour les ONGs, bureaux d’études, et autres agences gouvernementales œuvrant à l’amélioration de l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement dans les pays en voie de développement.

Travaillant en Afrique, en Asie, et en Amérique Latine, j’ai pris conscience des dynamiques complexes régissant la relation entre les sociétés humaines et l’eau. J’ai compris peu à peu l’étendue des facteurs déterminant notre capacité à adopter de nouvelles technologies et à faire évoluer nos comportements individuels et collectifs pour une meilleure gestion de cette ressource absolument vitale.

Au fil de ma carrière dans le secteur dit de « l’aide au développement » j’ai travaillé sur bien des projets visant à améliorer la vie des gens, le plus souvent par le biais d’actions de recherche et d’évaluation, de création de partenariats, et de formation.

La découverte de nouveaux contextes (politiques, institutionnels, culturels, naturels…) l’analyse des conditions requises pour une amélioration durable des services de base en zone rurale, urbaine, ou dans les bidonvilles : tout cela fut très enrichissant. Le précieux travail de terrain m’a permis de faire évoluer mes cartes mentales et de collaborer avec des gens d’horizons divers, compétents et intègres. 

En qualité d’évaluateur, j’ai toutefois mesuré l’efficacité et la durabilité discutables d’une grande partie de ces programmes. Leurs modalités d’intervention ne permettent que trop rarement de tirer parti des véritables ressorts et dynamiques endogènes de développement. Malgré ses meilleures intentions et les compétences qu’il réunit, ce secteur peine à tirer les leçons des limites systémiques de son action.

Je découvre Bitcoin en 2017. Alors basé en Ethiopie, travaillant pour le gouvernement allemand à la mise en place de partenariats entre acteurs publics, privés et de la société civile, j’entreprends l’étude de cet objet qui pique ma curiosité. Frappé par la richesse de cet apprentissage, j’accumule au fil des mois quantité de données appuyant l’idée que Bitcoin constitue un saut technologique majeur destiné à stimuler un développement économique, social et environnemental.

Les années passent, ma compréhension et mon analyse s’affinent, le constat reste sans appel : Bitcoin répond de façon on ne peut plus tangible et efficace aux objectifs de développement durable au cœur de ma vocation initiale. Et il nous donne de belles leçons de transparence, de redevabilité et de gouvernance ! Je franchis le pas en 2022 et décide de mettre mes compétences de facilitateur, formateur, consultant, au service de l’éducation au Bitcoin et de l’adoption de cette technologie porteuse d’espoir, toute destinée à s’imposer comme le protocole standard d’échange de la valeur à l’ère du numérique.

Il existe un besoin croissant d’accompagnement pour conduire un travail de discernement et d’éducation sur Bitcoin. S’engager dans une telle entreprise comporte des risques, certes, tant le sujet demeure tabou ! Mais le besoin urgent de mettre mes talents au service de mes convictions l’emporte !

Ce « virage Bitcoin » n’en est pas un : jamais je n’ai été plus en phase avec l’essence de mon engagement professionnel : il y a 20 ans je saisissais l’importance vitale pour la société d’une bonne gestion de l’eau. Aujourd’hui je sais l’enjeu crucial d’une gestion éclairée de la monnaie, cette technologie qui à l’instar de l’eau irrigue elle aussi toute l’économie, toute la civilisation.

EXPÉRIENCE

Voici un aperçu de mon expérience professionnelle : les organisations pour lesquelles j’ai travaillé, et un échantillon représentatifs des missions qui m’ont été confiées. 

Evaluateur (chef de file) :
   • Water Resource Group 2030 (Banque Mondiale) – Prog. de sécurité en eau (14 pays)
   • UNICEF Irak – Programme national pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène
   • Agence Française de Développement – Prog. National d’Électrification (Mozambique)

Expert institutionnel :
  • Gouvernement du Mali – Prog. Nal. de Gouvernance secteur eau & assainissement

Conception programme : Dév. d’une approche innovante de type « concours scolaire 2.0 » pour potentialiser les interventions en milieu scolaire. Design et collecte de fonds.

International Water Stewardship Programme (IWaSP): 
   • Dev. de la stratégie, planification et budget. Networking et collecte de fonds
   • Scoping
, analyse sectorielle, dialogue avec les parties prenantes
   •
Design et gestion de 2 partenariats : PVH-WWF-GoE-GIZ « Protection du lac Hawassa » et GIZ-Diageo-GoE « Amélioration de la sécurité de l’eau à Sebeta ».
   • Management d’équipe, formation, gestion des consultants

Evaluation de programmes : GiZ-DFID IWaSP, Partenariat Plan-Unilever, WaterAid Burkina Faso et Tanzanie ; WSUP Zambie.

Recherche :
   ⋅ WaterAid UK : Analyse des catalyseurs des progrès en matière d’assainissement urbain dans les PVDs (Etudes de cas: Philippines, Inde, Ghana). Améliorer les prog. WASH dans les écoles. (Inde, Pakistan, Bangladesh, Népal). Analyse sectorielle et recommandations.
   ⋅ DGIS (Gouv. Pays-Bas) : Typologie des partenariats dans le secteur de l’eau.
   ⋅ WSUP : Analyse de la pauvreté ; appui à l’engagement des parties prenantes pour un ciblage du bas de la pyramide dans les programmes WASH urbains.
    ⋅ Sciences-Po Paris : engagement du secteur privé dans le programme WASH à l’école.

Conception : Concours interscolaires 2.0. 

Recherche :
   • Outils d’analyse de pouvoir pour la gouvernance du secteur (WaterAid, 2013) ;
   • Modèles hybrides de gestion de latrines communautaires (USAID-WSUP, 2012) ;
   • Pauvreté et Protection de la ressource dans les PPPs Eau (2011, Gouv. Suisse).

Evaluations :
   • Gouv. Australien-WSUP (2013). Prog. eau-assainissement de Maputo (Moz)
   • IDB-TCCC-MWA (2012) : Prog eau-assainissement en milieu scolaire (Salvador, Nic, Gua)
   • USAID-Rotary Intal (2012) : Projet IH2O (Rép. Dominicaine)
   • USAID-TCCC (2012) : Projets eau-assainissement, irrigation, écoles (Kenya, Maroc).

• Eau : Conception, construction et réhabilitation de réseaux d’eau potable (Dirkou, Bilma) et mise en place de modèles de gestion. Construction de puis d’étape profonds, de puits maraichers et communautaires.

• Assainissement : Mise en place d’un service de latrines-douche publiques et d’un système de collecte et de décharge de déchets solides (Dirkou).

Banque Mondiale (2021) – Conception et co-facilitation du processus d’évaluation-apprentissage organisé pour les 14 pays du Water Resource Group 2030   
Gouv. du Mali (2022) – Facilitation de multiples ateliers en ligne (4-40 participants) pour l’élaboration du Prog. National de Gouvernance du secteur Eau & Assainissement.
Hydroconseil (2021) – Formation en ligne sur l’approche « water stewardship ».
PVH-WWF-Hawassa (2017-2018) – 10+ formations délivrées aux parties prenantes du partenariat pour a) faciliter sa constitution et b) définition sa stratégie et ses projets.
AECID (Gouv. Esp) (2015) – Formation « Multi-Stakeholder Partnerships » en visio.
SUEZ (2013) – Mini-atelier « Opérationnalisation du droit à l’eau et à l’assainissement ».
Divers (2011-2014) – Ateliers « Partenariats eau et hygiène  en milieu scolaire »« Développer des partenariats multisectoriels en pratique » (Ghana, Mali, Burkina, Niger).
USAID (2012) – Ateliers
« Forger des Alliances Globales pour le Dév » (Niger, Burkina)
WSUP-USAID (2011) Co-conception et co-facilitation d’un prog. d’apprentissage panafricain sur le thème « Modèles hybrides de gestion » d’installations sanitaires.

ITESM – Tech de Monterrey (2009) : Enseignant-chercheur chargé du cours « Eau pour le développement » (santé, industrie, agriculture) pour les étudiants en génie civil. 

 

Conception, mise en oeuvre et gestion d’un projet éducatif 100% dédié à l’étude de Bitcoin. BTC TouchPoint regroupe :

   • un site Web qui propose une découverte de Bitcoin en mode balade selon une approche pédagogique originale. Il est accessible en français, anglais et espagnol.

   • un podcast : lecture de textes essentiels autour du Bitcoin suivi d’un commentaire. Fréquence hebdomadaire, en français.

   • une chaine YouTube : qui regroupe une partie des podcasts, des présentations de l’éducateur Anil traduites en français, des interviews, et une série de vidéos intitulée Guide & Conseils facilitant l’utilisation du site et la plongée dans le monde du Bitcoin.

Commercialisation de technologies innovantes de traitement de l’eau : marketing, administration, développement et animation d’un réseau de vente, communication.  

FORMATION

PhD in Water & Sanitation Management
Cranfield University, Silsoe, Bedfordshire (RU, 1999-2002)

Double diplôme comprenant le cursus suivant :

MSc in Environmental Water Management
Cranfield University, Silsoe, Bedfordshire (RU, 1997-1998)

Sci. de l’environnement, Pollution de sols, Traitement de l’eau
Van Hall Institute, Gröningen (NL, 1995)

Diplôme d’Ingénieur en Agriculture et Sciences de la Terre
UniLassalle (FR, 1993-1997)

The Art of Stakeholder Collaboration
Collective Leadership Institute – Potsdam, (D, 1998)

Group Facilitation Methods
ICA-UK, Manchester (UK, 2011)

contactez-nous !